Dysplasies

Dysplasie : ce petit "maux" aux multiples possibilités

Mon chien est dysplasique

Qui n'a pas déjà entendu cette phrase au moins une fois dans sa vie ?

À l'ère de l'explosion des dépistages des dyslexies, dysgraphies et autres dyscalculies, quel est ce nouveau dys- ??

Un nouveau Trouble des Apprentissages (TdA) ? Un problème avec les arts plastiques ? Pourquoi on en parle pour les chiens ?

Un peu d'éthymologie pour le mot : δυό-πλάόις

Le mot "dysplasie" vient du grec ancien δυσ-, dys- qui exprime une idée de difficulté, de mauvais état et de πλάσις, platis qui est "l'action de façonner, de modeler". En résumé, la dysplasie est un problème de construction. Construction du corps bien sûr, ce qui fait que le terme peut être utilisé chez l'humain ou chez l'animal, dont le chien qui nous intéresse dans cet article. Rien à voir donc avec les TdA !

Un soupçon d'anatomie

Mais à quoi s'attaque la dysplasie alors ? Les plus connues chez les chiens sont les dysplasies de l'épaule, du coude et de la hanche. Plus précisément à la jonction des os suivants :

  1. la scapula (ou omoplate) et la tête de l'humérus pour la dysplasie de l'épaule
  2. l'humérus, le radius et l'ulna pour la dysplasie du coude
  3. la tête du fémur et l'acetabulum du bassin pour la dysplasie de la hanche

Chez le Berger Australien, les plus fréquentes sont les dysplasies des coudes et hanches.

Une maladie de ...

  • vieux chiens ?  NON ! 

Les dysplasies ne sont pas l'apanage des chiens d'expérience. À tout âge un chien peut être dysplasique, cependant selon la gravité de son état, il aura plus ou moins de symptômes.

De la simple raideur d'une articulation à une démarche aux membres instables en passant par des douleurs intenses, l'expression de la dysplasie est variée.

Pourtant, il est évident que l'âge n'arrange rien à l'affaire. Si un chien non dysplasique peut souffrir de douleurs articulaires à l'âge sénile, imaginez celles d'un chien dysplasique ... aïe !!

  • grands chiens ? OUI, mais ...

Il est vrai qu'une grande majorité des chiens dysplasiques sont de moyenne à grande taille. En effet, le poids du chien n'est pas sans effet sur les articulations de l'animal, comme pour l'être humain d'ailleurs ! Cependant, les dysplasies existent aussi chez les chiens de petite taille, mais en moindre proportions.

Je ne parle même pas des chiens en surpoids qui voient augmenter les probabilités de développement de la maladie avec l'aiguille de la balance ...

  • chiens sportifs ? OUI et NON !

Un chien très actif fait travailler fortement ses articulations, aussi le risque de dysplasie et d'aggravation des symptômes augmente avec l'activité physique. Mais, comme dit plus haut, la dysplasie peut se déclarer à tout âge et on ne peut pas considérer un chiot de 2 ou 6 mois comme un grand sportif.

D'où vient la dysplasie alors ??

Des origines distinctes et concomitantes

Deux grandes causes de dysplasies sont reconnues : la génétique et l'environnement.

L'hérédité

La cause génétique de la dysplasie n'est plus à démontrer : des parents atteints de dysplasie auront un plus grand nombre de chance de produire des chiots dysplasiques.

Adn

Cependant, il n'est pas aisé pour l'éleveur d'éradiquer la dysplasie d'origine génétique car elle est polygénique. Cela signifie que la dysplasie n'est pas induite par un mais par plusieurs gènes. De plus, selon les cas les différents gènes en cause n'auront pas la même influence sur la maladie.

C'est un peu comme une équipe de sport collectif : quelque soit l'équipe dans un même sport, il y aura toujours le même nombre de joueurs et les mêmes postes, mais ce sont les compétences de chacun et les affinités entre les individus qui vont produire le résultat final. 

L'expérience de la vie

Il a également été démontré qu'un chien qui a une activité physique (trop) importante de manière régulière et/ou une alimentation non adaptée à ses besoins va développer des pathologies. La dysplasie en fait partie. Si un chien jeune a de très fortes chances de développer une dysplasie dans de mauvaises conditions d'hygiène de vie, ce n'est pas exclu pour un chien plus âgé, même si quelque soit son âge, il n'a aucune prédisposition génétique.

Un apport correct (ni trop, ni trop peu) en vitamines, des repas ni trop riches ni trop gras sont recommandés. Côté sport, un chien en croissance ne devra pas aller courrir de marathon, ni escalader l'Everest. Ça ne veut pas dire qu'il ne doit pas sortir de chez lui ni habiter à la montagne, juste qu'il ne faut pas abuser des efforts quotidiens.

Exactement comme pour l'homme, l'alimentation, l'activité et les conditions de vie ont un impact non négligeable sur la santé de l'animal.

Accentuer / compenser

Si chacune de ces deux causes se suffisent à elles-même, elles peuvent également jouer un rôle complémentaire tant positif que négatif. Je passerai sur le fait qu'un chien avec des prédispositions génétiques à la dysplasie qui aurait également un mode de vie excessif sera un chien qui développera certainement trés rapidement et de manière intense une dysplasie.

En revanche, un propriétaire soucieux de la santé de son animal pourra atténuer les effets négatifs de l'une ou l'autre des origines de la dysplasie. Par exemple, il pourra veiller à garder une hygiène de vie saine à un chien avec des prédispositions génétiques afin de limiter le développement de la maladie.

Qu'est-ce qui cloche ?

La dysplasie est donc une malformation d'une articulation, mais cette malformation peut prendre plusieurs formes : malformation des os (cavités ou têtes), défaut de croissance osseuse, hyperlaxité des ligaments. (Photos : catedog.com) 

Dans un fonctionnement normal d'une articulation, la tête d'un os rentre parfaitement dans sa cavité associée et les ligaments maintiennent l'unité. Lorsqu'une dysplasie est présente, cette unité est remise en cause. La dysplasie peut toucher une ou plusieurs articulations et à des degrés divers. Dans les pires cas de dysplasie, des luxations des articulations peuvent être fréquentes. Dans tous les cas, de l'arthrose se développe plus ou moins rapidement et en quantité variant selon la gravité de la dysplasie. 

En fait c'est un peu comme avoir un problème de chaussure : selon le cas, vous vous déplacez avec des chaussures trop petites, trop grandes ou avec les lacets ouverts. Dans tous les cas, vous finissez avec des ampoules et un gros mal de pied.

Ça s'en va et ça revient...

La dysplasie n'apparait pas du jour au lendemain. Mis à part de rares chiens qui dès leurs premiers pas ont de difficultés à marcher et révèleront une dysplasie plus que sévère, les symptomes apparaissent progressivement et de façon intermittente. Ce sont généralement les mêmes symptômes que pour des entorses ou des élongations : raideurs, douleurs, difficultés de mouvement (sauter, monter ou descendre les escaliers, ...) et il n'est pas rare de mettre beaucoup de temps à diagnostiquer une dysplasie. Avec l'âge ou un sport intense, les symptômes peuvent s'aggraver. Dans de rares cas, les chiens ne développent aucun symptôme notamment dans les cas peu sévères.

Pour poser son diagnostique, le vétérinaire va s'appuyer sur plusieurs données. Les examens cliniques bien sûr, mais également des radios réalisées sous anesthésie générale. Selon des critères et des grilles de notation précises, le vétérinaire évaluera le degré d'atteinte de la dysplasie. Le chien sera catégorisé selon le plus mauvais résultat de notation par type d'articulation. Exemple d'un chien qui présente une dysplasie A sur la hanche gauche et C sur la hanche droite, il sera considéré comme un chien dysplasique stade C.

Dysplasie du coude

  • ED0 : Coude normal, chien indemne
  • SL : Stade Limite : coude avec de très légers défauts
  • DC1 : Arthrose légère
  • DC2 : Arthrose et altération modérée du tissu osseux
  • DC3 : Arthrose et altération importante du tissu osseux

Dysplasie de la hanche

  • A : aucun signe de dysplasie 
  • B : état des hanches presque normal 
  • C : dysplasie légère 
  • D : dysplasie moyenne 
  • E : dysplasie grave

Comment soigner la dysplasie

Il n'y a pas de traitement de la dysplasie à proprement parler. Une fois que la dysplasie est là, elle y reste et est évolutive.

En revanche les traitements vont être symptomatiques et/ou correctifs. Tant que le chien se déplace convenablement, on préfèrera les traitements non invasifs et avec le moins de médicaments possibles : physiothérapie, bains, osthéopathie, ... Au fur et à mesure que le chien souffre, des traitements médicamenteux sont ajoutés, essentiellement des anti-douleurs ou des anti inflammatoires.
Dans les cas les plus handicapants, la chirurgie reste le meilleur moyen (quoique le plus coûteux) de soulager à long terme son compagnon à 4 pattes. (Photo : vet24)

Dans tous les cas :

Chaque animal et chaque blessure étant unique, nos conseils sont donnés à titre indicatif, sur la base de notre expérience personnelle. Tous ces conseils ne remplacent en aucun cas un avis vétérinaire.
Votre DOCTEUR vétérinaire est votre interlocuteur privilégié en cas de problème de santé de votre chien et le seul habilité à poser un diagnostic, préconiser des soins et un traitement.

Agir pour prévenir la dysplasie

Pour prévenir la dysplasie, il ne suffit pas d'un coup de fil. Si vous avez bien lu notre article, vous avez compris qu'il y a plusieurs causes qui rentrent en jeu dans le développement de la dysplasie ce qui la rend difficile à combattre. Pourtant plusieurs actions faciles sont réalisables par tous et toutes.

En tant que propriétaire

Si vous avez un chien, c'est que vous l'aimez et que vous voulez le meilleur pour lui (oui je vis dans un monde de Bisounours dans lequel les personnes qui font du mal aux autres -humains comme animaux- ont été éradiquées de la Terre !!).

C'est bien de jouer avec son chien et de le sortir, mais pas de gros efforts tant que la croissance n'est pas finie. Pas de chocs violents non plus : je ne parle pas de battre son chien (ben non, puisque chez les Bisousnours ça n'existe pas), je parle d'éviter les bonds pour attraper une balle en plein vol ou de sauts dans des escaliers et tout ce genre de choses.

Vous devez aussi le nourrir correctement, avec de la nourriture de qualité et en des quantités adaptées à l'âge et l'activité de votre animal. Préférez les croquettes de qualité, qui ont pour avantage d'aider à maintenir les dents en meilleur santé, à la nourriture en boite. Certains préfèrent cuisiner pour leur chien pour leur offrir ce qui est le meilleur pour lui. C'est un choix honorable, mais difficile au quotidien pour maintenir un bon équilibre protéines/vitamines/gras/...

Rappelez-vous : les besoins alimentaires du chien ne sont pas les mêmes que pour l'humain !

En tant qu'eleveur, pro ou non

Faire faire une portée à un chien est une grosse responsabilité : on créé la vie, ou tout du moins, on y donne un gros coup de pouce. Il n'est pas concevable (dans notre pays des Bisounours) de créer la vie pour le rendre malade. Chaque éleveur doit avoir à coeur de ne faire reproduire que des chiens indemnes de dysplasie et de sortir définitivement de la reproduction (stérilisation) ceux qui en sont atteind.

C'est pourquoi, chaque éleveur doit faire radiographier son chien avant de le faire reproduire afin de vérifier s'il est atteind de dysplasie ou non. En tant qu'éleveur amateur, il est également fortement recommandé de le faire. Oui ça coûte de l'argent, de faire faire des radios et de prendre le risque de ne pas faire reproduire selon les résultats, mais si vous décidez de faire une portée pour gagner de l'argent sans prendreles précautions de base, vous pouvez de suite aller v.... (monde des Bisousnours, monde des Bisounours, ...)

Coudes :

ED0 : peut reproduire
SL : ne doit reproduire qu’avec un chien ED0
ED1, ED2 & ED3 : ne doit pas reproduire

Hanches :

A & B : peut reproduire
C : ne doit reproduire qu’avec un chien A
D & E : ne doit pas reproduire

Le protocole de radios de dépistage des dysplasie pour les chiens reproducteurs est assez strict afin de garantir une bonne impartialité de jugement et qualité de diagnostic. Il est consultable sur le site du club de race du Berger Autralien (CFBA). Pour le Berger Australien, la radio est réalisable à partir de 12 mois.

RAPPEL : ce n'est une obligation que pour faire de la reproduction. Si votre chien n'est pas amené à reproduire, inutile de lui faire passer une radio, sauf en cas de suspicion de dysplasie et là, plus de limite d'âge à tenir, juste la santé de votre chien à prendre en compte.

En tant qu'acheteur

Si vous cherchez un chiot, vous devez vérifier que l'éleveur, qu'il soit pro ou non, a fait le minimum de travail de prévention. Oui un chiot dont les parents ont subit toute une batterie de tests vétérinaires coûte plus cher, mais c'est aussi une garantie de qualité. Qualité sur la santé de l'animal que vous allez accueillir chez vous pour une dizaine d'année, garantie que vous êtes chez un éleveur engagé sur la qualité de l'animal qu'il vous propose, son respect de la race et des conseils qu'il va vous donner. Il y a bon nombre d'éleveurs peu scrupuleux qui vous proposeront des chiots à moindre coût, mais ce que vous économiserez à l'achat vous le dépenserez en triple lorsque votre chien sera malade.

Ajouter un commentaire